Pâques, une histoire de religion ?

Articles » La Pâque » Pâques, une histoire de religion ?

     Aujourd’hui, les circonstances font que je peux prendre le temps de penser, et même d’avoir une profonde remise en question des choses de la vie. Voilà l’opportunité de te parler d’un sujet d’actualité et qui a pour moi beaucoup d’importance, à savoir la Pâque.

     La Pâque n’a rien de religieux. C’est la fête printanière pour le peuple que Dieu veut guider, des hommes qui apprennent à vivre en la présence de leur Créateur et de leur prochain.

     Au temps de Moïse, le peuple d’Israël était retenu captif en Égypte. Après 430 ans, il devait quitter l’exil en accord avec la prophétie. Malgré ses promesses, le Pharaon endurcit son cœur, et refusa après maintes situations très difficiles de laisser le peuple rejoindre sa terre. Finalement, le jugement divin est venu sur Pharaon et son peuple: L’ange de la mort allait passer sur tout le pays et tuer tous les premiers nés dans chaque famille.

     Seul le peuple de Moïse allait être épargné a condition de tuer un agneau, leur meilleur agneau, prendre son sang et le badigeonner sur les deux montants et le linteau de la porte de leur maison. L’ange de la mort allait passer au-dessus de chaque maison qui avait le sang de l’agneau sur la porte. Et à l’intérieur de ces maisons, le mauvais roi n’avait plus aucune autorité. A l’intérieur de ces maisons, les Israélites étaient libres. C’est là où était leur sécurité: dans la maison protégée par le sang.

     Les Israélites devaient mettre ce sang d’une façon parfaite sur la porte de leur maison. Ce sang ne pouvait pas juste être laissé dans un bol devant la porte; l’ange de la mort ne serait alors pas passé par-dessus la maison.

     Du temps de Moïse, ce respect et cette compréhension du sacrifice de l’agneau sont directement liés au pardon, une bonne conscience et l’obéissance du cœur. Il y a là une profonde signification qui doit être révélée parce qu’elle nous connecte à l’essence même de Messie il y a deux mille ans. Simplement être obéissant à chaque parole qui nous a été laissée par le fils de Dieu, c’est ainsi que le chemin du salut doit être parfaitement obéi. L’évangile doit être parfaitement obéi. C’est cela la Bonne Nouvelle. Le sang n’est effectif pour personne, à moins d’être obéissant à l’évangile, la Bonne Nouvelle.

     Yahshua[1] le Fils de Dieu est notre Pâque. Il est le sacrifice pour toute la malice et la méchanceté en nous, tout ce qui affecte négativement notre conscience et ceux qui nous entourent.

1. Cor 5:7-8 : “Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Messie, notre Pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. ”

    La Pâque doit être célébrée sans levain par ses disciples. Ils doivent regarder dans chaque coin de leur maison et se débarrasser de tout le vieux levain, traiter avec la malice (cette disposition d'esprit à faire le mal par des voies insidieuses, malveillantes, cette inclination à nuire, à causer de la peine) et la méchanceté, afin de trouver la protection dans la maison, là où nous sommes protégés de toutes ces pensées qui divisent.

     Aujourd’hui cela devient une priorité que nous sommes appelés à considérer.

Anav

Références

  1. ^ Yahshua est le nom Hébreu du fils de Dieu, communément appelé Jésus. Voir l’article Yahshua est Son nom

Précédent