Un veritable ami

À propos de nous » Celui que nous suivons » Un veritable ami

Ils le suivaient de village en village, partout où Il allait. Ils l’aimaient, ou du moins...ils pensaient l’aimer. Une chose était sûre, ils ne pouvaient pas vivre sans Lui. C’était Ses intimes : une douzaine d’hommes et quelques femmes... Ils ne faisaient pas partie de la race des forts, des indépendants et des débrouillards capables de tout pour arriver à leurs fins...

                 Au contraire, ils étaient pauvres et avaient été malmenés. Ils avaient besoin d’un ami, de quelqu’un en qui ils pourraient avoir toute confiance, un ami fidèle qui leur dirait toujours la vérité. Et c’est ce qu’Il faisait : Il disait la vérité à tous, et quand ils ne voulaient pas l’entendre, Il leur racontait une histoire et les laissait comprendre par eux-mêmes. Certains étaient offensés par Ses paroles et d’autres, même, le haïssaient au point de vouloir le tuer. Pourtant jamais Il ne se laissait décourager… Sa joie était continuelle, débordante...  

                 Voilà pourquoi Ses amis, avaient besoin de Lui...         IL AVAIT LA VIE !
Son amour pour eux était évident. Oui, eux ! Les ratés, les mendiants, ceux dont tout le monde avait honte et qui avaient honte d’eux-mêmes... Il les rassemblait et les enseignait, leur redonnait de la valeur et de l’espoir.

Il ne se contentait pas d’évoquer les bons moments, Il les créait ! Il les aidait à traverser les moments en chantant avec eux. Il ne les laissait pas s’apitoyer sur eux-mêmes. C’était un véritable ami !

       Les gens s’attroupaient par milliers pour Le voir et entendre son message. Il aurait tant voulu que l’amour devienne leur demeure. Hélas, ils finissaient toujours par se disperser pour retourner à leurs occupations, à leurs habitudes. Et Il était triste de les voir toujours aussi étrangers les uns aux autres... désemparés et perdus.

     Il voulait qu’un feu s’allume sur la terre, un feu qui embraserait le cœur des gens et consumerait leur égoïsme et leur indifférence, un amour brûlant les uns pour les autres. Et Il se dévouait corps et âme pour cela. Rien ne pouvait ébranler Sa détermination.

Il voulait accomplir les prophéties !

     Mais les chefs religieux étaient de plus en plus irrités, jaloux de son influence. Ils cherchaient à l’éliminer. Finalement c’est l’un de Ses disciples qui l’a trahi, leur indiquant où le trouver et quand le saisir. Face au danger, le reste de Ses intimes s’est enfui. Personne n’est resté avec Lui. Soudain, ils ont tous disparu ... drôles d’amis ! Pourtant, Il ne leur en a pas voulu. Il n’a même pas ressenti d’amertume, car Il connaissait le cœur de l’Homme et Il savait tout d’eux. Il savait même qu’ils allaient l’abandonner, et cela même, Il le leur pardonnait. Incroyable ! Il leur pardonnait ! Il les a aimés jusqu’au bout.

     Tout le mal que peut renfermer le cœur humain s’est abattu sur Lui, ce jour-là. Ils l’ont frappé, ils l’ont tué, mais ils n’ont pas pu tuer Son Esprit. Exactement trois jours et trois nuits après Sa mort, Son corps est revenu à la vie ! L’Esprit d’amour qui habitait en Lui a vaincu la mort, car l’amour est plus fort que la mort. Il est ressuscité pour dire à Ses amis qu’Il leur avait pardonnés, et Son pardon les a rendus loyaux pour toujours.

     C’est Lui que nous suivons, YAHSHUA. Nous sommes Ses disciples, comme Ses intimes l’étaient il y a deux mille ans. Son amour nous a conquis et nous a rassemblés. Parce que nous avons vu Sa valeur et notre besoin de Lui, nous avons tout abandonné pour Le suivre. Son pardon nous libère du poids de notre culpabilité, et Il nous guérit peu à peu de tout ce qui nous empêchait d’aimer.

Maintenant, nous voulons être totalement dévoués à alimenter le feu qu’Il est venu allumer sur la terre pour éclairer ceux qui cherchent la Vérité et la Vie dans les ténèbres de ce monde.

 

 

Précédent

Suggestion de lecture
  • Des_voeux_vraiment_pas_comme_les_autres.png

    Une Nouvelle Année s’annonce !

    Quelle excitation ! Les rues sont actives, et les commerces aussi... et puis on essaie de sourire, il semble qu’un soudain regain de gentillesse atteigne les hommes: “Meilleurs vœux !”...

     

    suite

  • Fenêtre sur une de nos communautés