Celui que nous suivons

À propos de nous » Celui que nous suivons

  • Yahshua est Son nom

    Yahshua est Son nom

    Yahshua est le nom hébreu du Fils de Dieu. C'est le nom que l'ange Gabriel révèla à Ses parents, Yoceph (Joseph) et Miriam (Marie), dans leur langue native. Obéissants, Ses parents lui donnèrent ce nom à Sa naissance, comme nous pouvons le lire dans Matthieu 1:21 :

    " ...elle mettra au monde un Fils, et tu l'appelleras du nom de Yah-shua, car c'est Lui qui sauvera Son peuple de ses péchés."

    suite

  • teaching_the_twelve_article_select.jpg

    C’est Lui que nous suivons

         C’est Lui que nous suivons, YAHSHUA*. Nous sommes Ses disciples, comme Ses intimes l’étaient il y a deux mille ans. Son amour nous a conquis et nous a rassemblés. Parce que nous avons vu Sa valeur et notre besoin de Lui, nous avons tout abandonné pour Le suivre. Son pardon nous libère du poids de notre culpabilité, et Il nous guérit peu à peu de tout ce qui nous empêchait d’aimer.

    * Lire l'article Yahshua est Son nom

    suite

  • mini_banner_Petit_dejeuner_au_bord_de_la_mer.jpg

    Petit déjeuner au bord de la mer

    Alors que Simon finissait de mastiquer son morceau de poisson, Yahshua tourna son regard vif dans sa direction, et avec un sourire lui posa cette question qui résumait tout :
        “Simon, fils de Yonah, m’aimes-tu plus que tout çà ?” Il fit un léger signe de tête en direction du rivage, des filets, du bateau et de la mer.

    suite

Précédent

Suggestion de lecture
  • Pays Cathare

    Le “catharisme”, très médiatisé et souvent récupéré, est aujourd’hui un phénomène historique et religieux mondialement célèbre... mais paradoxalement encore relativement mal connu. Qui, en effet, en arpentant le “sentier cathare” pour visiter les “châteaux cathares” est vraiment conscient du drame humain, religieux, politique et social qui se déroula en plusieurs actes sur ces terres, il y a sept siècles de cela?

    Intéressés par l’histoire du christianisme et inspirés par les exemples de tous ceux qui, au cours des âges, ont sincèrement aspiré à l’idéal évangélique, nous avons forcément été interpellés par la foi fervente et l’authenticité de ces Bons Hommes et Bonnes Femmes. Nous nous sommes penchés sur cette fresque à la fois tragique et touchante.

    Comment résister alors au sentiment de sympathie et d’admiration suscité par leur vécu?

    Et, quand on considère l’histoire des religions, comment ne pas être frappé par le fait que, trop souvent, ceux qui croient avoir “la bonne doctrine persécutent ceux qu’ils jugent avoir la mauvaise?”

    suite

  • Fenêtre sur une de nos communautés