Partir

Articles » Témoignages » Partir

PARTIR... ce mot de six lettres contenait, pour moi, toutes les promesses qu'offrait la grande aventure de la vie. C'était un mot magique, aux couleurs de l'inconnu...

Mes jeux d'enfant tournaient presque tous autour de préparations de voyages lointains et mon frère se joignait à ces expéditions miniatures qui n'existaient que dans nos imaginations. A la fois passionnants et frustrants, tous ces faux départs allaient beaucoup influencer le cours de ma vie.

Suivre des études en vue d'une carrière quelconque me laissait de glace. Il faut croire que la réalité de ce monde ne me convenait guère, car je n'y trouvais pas ma place et les vagues essais pour m'en faire une, avaient un goût de captivité... Je désirais une vie qui ait de l'envergure....

J'étais toujours en train de partir, bouger, changer, quitter quelqu'un, fuir... toujours ailleurs ! Le fait d'être "en route" me donnait l'impression de vivre intensément. Je n'aimais pas arriver, tant j'avais peur de me retrouver coincée dans une certaine situation. Impossible de dresser la liste de mes nombreux déménagements. M'appliquant égoïstement à ne pas m'attacher aux autres... enfin, pas trop... pour éviter de souffrir (ce qui est le contraire de l'amour), je papillonnais de rencontres sans lendemain, en amitiés superficielles, fuyant toute responsabilité et toujours en quête de nouveaux visages et d'autres paysages.

Quelle ivresse d'être catapultée sur un sol inconnu, sans personne au monde pour savoir où je me trouvais !

Mon aversion des habitudes et de la routine me poussait vers des pays plus lointains et si un événement radical n'avait bouleversé ma vie, j'aurais continué à sillonner les routes, le pouce levé, ou à sauter de trains en taxis, mes maigres possessions en bandoulière...

Il est clair que je cherchais et fuyais simultanément quelque chose : avec les années, ma conscience endommagée se faisait lourde de reproches et je réalisais, sans l'ombre d'un doute, que tôt ou tard, je devrais me regarder en face.

Ce miroir existe et il m'a, un jour, renvoyé le reflet tourmenté de mon âme...  J'accepte, maintenant, de me laisser guérir de cette instabilité anormale et de bien d'autres maladies... par le seul qui en a le pouvoir : Son nom est Yahshua. Il m'a donné une nouvelle vie, de nombreux frères et soeurs et des amis merveilleux. Nous voyageons souvent ensemble, puis, nous rentrons à la maison... toujours ensemble. Cela fait plus de 25 ans que je vis avec eux. (un record !) Je les aime et ne veux pas les quitter ; ils m'aiment aussi.
Alors, pourquoi partir ?... pour aller où ? Nous sommes enfin arrivés à destination, dans la réalité de la vraie foi : celle qui nous permet de vivre ensemble, en unité ;
celle qui nous promet la Vie Eternelle, aux dimensions de l'Univers !

Si vous avez faim et soif d'espoir...  nous avons trouvé le chemin qui mène à la maison; venez y apprécier un avant-goût du Royaume, sans ennui, ni médiocrité ! 
C'est là où la vraie Vie commence. Jamais, nous n'aurions pu rêver d'aventure plus passionnante, à partager...

Ishah

 

Précédent

Suggestion de lecture
  • C’est Lui que nous suivons, YAHSHUA. Nous sommes Ses disciples, comme Ses intimes l’étaient il y a deux mille ans. Son amour nous a conquis et nous a rassemblés. Parce que nous avons vu Sa valeur et notre besoin de Lui, nous avons tout abandonné pour Le suivre. Son pardon nous libère du poids de notre culpabilité, et Il nous guérit peu à peu de tout ce qui nous empêchait d’aimer.

    suite

  • Fenêtre sur une de nos communautés