Shavuot ou la Pentecote

Articles » La Pâque » Shavuot ou la Pentecote

Actes des Apôtres, chapitre 1

Dix jours plus tôt, ils étaient là, sur le mont des oliviers, à regarder Yahshua1 s’élever dans les cieux...
Et quel fut Son dernier commandement pour eux ? « ATTENDEZ ! ».
ATTENDRE ? Attendre quoi ?

Il leur avait dit de ne pas quitter Jérusalem, mais d’attendre de recevoir la puissance de l’Esprit Saint. Qu’est-ce que cela pouvait bien vouloir dire ? Que feraient-ils avec l’aide de l’Esprit Saint ?
Ils se posaient toutes ces questions, et pourtant, au fond, ils le savaient, c’est ce que Yahshua avait semé en eux pendant ces trois années et demies : chercher et sauver ceux qui sont perdus, nourrir Ses brebis… mais il n’y avait aucune façon de faire tout ce que leur maître voulait qu’ils fassent sans Son Esprit. Ils avaient compris ceci : ils ne pouvaient rien faire sans Lui.
Alors les voilà maintenant, dans une maison à Jérusalem. Ils pouvaient entendre le tumulte des gens et des animaux dehors dans les rues. Le dernier jour qu’ils avaient passé avec Yahshua était encore très vif dans leurs mémoires. En haut de la colline, alors qu’une douce brise passait à travers les tendres feuilles printanières des oliviers, teintées par le soleil couchant… Quelle journée mémorable ! Il leur avait clairement expliqué leur but, leur appel, leur disant qu’une fois qu’ils auraient reçu Son Esprit, ils auraient le pouvoir d’être Ses témoins à Jérusalem, en Judée et jusqu’aux extrémités de la terre. Yahshua était encore plus enthousiaste qu’eux, enfin ils seraient équipés pour faire de plus grandes œuvres que Lui-même. Ils étaient seulement cent vingt, mais ils étaient tous des disciples aguerris, pleins de foi. Il est dit qu’une personne ayant la foi en vaut quinze. Alors qui étaient-ils ? La mère de Yahshua bien sûr, Marthe et Marie, Cléopas, à qui Yahshua avait parlé sur le chemin d’Emmaüs, les onze apôtres aussi : Pierre (qui à ce moment-là avait été éprouvé pour de bon), Thomas (qui douta de la résurrection, mais Yahshua, plein de compassion, l’avait laissé voir et toucher Ses cicatrices), les fils de Zébédée (dont la passion et le zèle avaient été tempéré par leur Maître). Ils étaient tous là, des gens bien réels, attendant dans cette maison comme Yahshua le leur avait dit. Sept semaines étaient passées depuis la Pâques2 où Yahshua avait été arrêté, battu et crucifié. Au début, ils étaient plutôt démunis. Il semblait que leur sauveur avait été vaincu…  Était-ce la fin ?
    Mais, trois jours après sa mort, le miracle s’est produit: Il a réssuscité. Ayant payé le prix de tous nos péchés, et fait voler en éclat le pouvoir que la mort avait toujours eu sur l’âme des hommes. Il a fait renaître l’espoir. L’espoir d’un nouveau gouvernement, d’une nouvelle société, d’un nouveau royaume, avec un bon et juste roi. Il voulait que Ses disciples  comprennent ce qui se passait. De nombreuses fois, durant les sept semaines qui avait suivi Sa résurrection, Il leur apparût ; leur expliquant les Écritures, leur révélant leur but et leur donnant des instructions très spécifiques. C’était tellement encourageant pour eux. Pour finir, Il leur dit d’attendre dans cette pièce jusqu’à ce que la puissance de l’Esprit Saint vienne sur eux. Ils étaient donc là, dans le besoin. Le bruit d’une multitude résonnait à travers les murs. Des milliers de gens étaient dans les rues de Jérusalem, venus de tous pays pour célébrer la fête des récoltes, Shavuot.3 La clameur était telle que la foule semblait être devant leur maison. Dans la pièce, les disciples se regardaient les uns les autres. Il est difficile d’imaginer ce qu’ils ont dû ressentir à ce moment-là. Une chose est sûre: ils étaient tellement reconnaissants les uns pour les  autres. Ils étaient ceux qui avaient répondu aux paroles de Yahshua. Ils se comprenaient totalement. Les paroles de Yahshua avaient trouvé une place dans leurs cœurs. Ils étaient fascinés par Ses paroles. Ils avaient vu la valeur de la Perle de grand prix. Tous, ils avaient laissé leurs « filets de pêche » pour devenir des pêcheurs d’hommes et suivre le Fils de Dieu. Ils étaient tellement  reconnaissants d’être alliés dans la même lutte. Les dix jours passés avaient été dix jours d’attente, d’espoir, de prière, de repentances… Chaque jour, ils entendaient la foule qui comptait les jours jusqu’à Shavuot. « Quarante et un !» Le jour d’après, « Quarante-deux !» Et puis « Quarante-trois !»  « 44 !»  « 45 !» Chaque jour qui passait avait toute son importance. Conscient que quelque chose de grand allait se passer, les disciples se rappelèrent qu’habituellement, avant un événement important, les Israélites de l’ancien temps devaient se consacrer. Ils n’étaient pas très convaincus de la valeur du rituel traditionnel, mais ils savaient que Yahshua leur avait enseigné de s’assurer de confesser leurs péchés et de se pardonner les uns les autres. Il leur avait enseigné de s’aimer les uns les autres. Ils savaient que leur unité était très importante aux yeux de leur Maître, qui avait transpiré des gouttes de sang en priant intensément que Ses disciples soient UN. Aussi, ils faisaient tous leurs efforts possibles pour rester ensemble.
« 46 ! »  « 47 ! »  « 48 ! » Dehors, la clameur retentissait de plus en plus, chaque jour qui passait amenait de nombreux juifs à Jérusalem pour Shavuot.
« 49 ! » « Que va-t-il se passer ? », se  demandaient les disciples.
« Pensez-vous que l’Esprit Saint va venir demain ?»
« Pensez-vous que la foule va nous livrer comme notre Maître ? »
Beaucoup de questions se levaient dans leurs pensées.
Ils s’encourageaient les uns les autres à ne pas céder à la peur.  « Rappelez-vous ce que notre  Maître nous a dit : ‘Ne crains point, petit troupeau ; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume. (Luc 12:32) Ne recevons pas un esprit de terreur mais attendons que son Esprit vienne sur nous ! » « CINQUANTE ! »  

Actes des Apôtres, chapitre 2

Le grondement de la foule s’accentuait. Les disciples étaient tous ensemble, d’un seul accord, quand soudain un bruit se fit entendre, celui d’un vent puissant. Il remplit toute la maison où ils étaient. Sans hésitation, les 120 disciples sortirent de la maison comme un seul homme. Ils étaient tous très enthousiastes et commencèrent même à parler en langues qu’ils ne connaissaient pas, et tous leurs auditeurs, venus des pays environnants, pouvaient ainsi les entendre dans leur propre langue. La foule était divisée. Certains se demandaient si tout cela avait vraiment du sens, alors que d’autres se moquaient, disant : « Ils sont ivres de vin doux ! » Alors Pierre, sachant qu’il devait dire quelque chose, se leva aux cotés des disciples. Après une discrète prière, il s’avança, élevant sa voix vers la foule. Leur assurant qu’ils n’étaient pas ivres, il leur parla alors du livre de Joël, disant : « Après cela, je répandrai mon esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront, vos vieillards auront des songes, et vos jeunes gens des visions. Même sur les serviteurs et sur les servantes, dans ces jours-là, je répandrai mon esprit… Alors quiconque invoquera le nom de Yahweh sera sauvé » (Joël 2:28-29,32)
« Joël ? Pourquoi parlait-il du livre de Joël ? » Se demandèrent certains juifs zélés. « Qu’est-ce qu’il raconte ? » La plupart d’entre eux avait grandi en écoutant des lectures de la Loi et des livres des Prophètes chaque Shabbat à la synagogue. Ces paroles leur étaient donc familières. Mais pourquoi le prophète Joël ? Certains d’entre eux savaient pourquoi. Joël avait prophétisé le déclin et l’idolâtrie d’Israël. Il avait parlé de nuages de sauterelles qui dévasteraient leur pays, leurs récoltes, leurs grains. Ils n’auraient alors plus rien à offrir à Yahweh car leurs offrandes de grains seraient retranchées. Mais Joël n’avait pas seulement prêché la dévastation, mais aussi une grande restauration. En continuant, Pierre expliqua la crucifixion de Yahshua et comment Il était ressuscité de la mort « Ce Yahshua, Dieu l’a ressuscité, ce dont nous, nous sommes tous témoins » (Actes 2:32) « Regardez ! Voilà ce que Dieu est en train de faire. Rendez-vous compte: vous avez crucifié votre Messie (Actes 2.23). Et vous voilà, amenant votre offrande des premiers fruits pour Shavuot, comme vous l’avez toujours fait. Mais ce n’est plus qu’un rituel !  Yahshua était le vrai sacrifice pour nos péchés. Maintenant est venu le temps de la restauration ! »
Ce jour-là, bien que beaucoup n’ont pas compris le discours de Pierre, trois mille personnes sincères entendirent son message et y répondirent. Le cœur vivement touché, ils répondirent :  « Que devons-nous faire pour être  sauvés ? » (Actes 2:37) Avec beaucoup d’autres paroles, Pierre leur annonça l’Évangile, le même qu’il avait reçu de Yahshua. Quelles étaient donc ces nombreuses autres paroles ? Quoi qu’elles soient, nous connaissons le résultat de les avoir entendues et obéies : « Ceux qui acceptèrent Sa parole furent baptisés. Et en ce jour-là, le nombre des disciples augmenta d’environ trois mille âmes. Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières. Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu, et ils avaient tout en commun. »  (Actes 2:41,42,44)

1 Yahshua est le nom hébreu du Fils de Dieu,  lire l'article Yahshua est Son nom

2 Pâques, qui se dit Pesach en hébreu (signifiant passer au-dessus, épargner), est l’un des jours de fête qui devait être gardé en Israël (Lévitique 23), en commémoration de la libération d’Israël de leur esclavage en Égypte. Ils offraient un agneau en sacrifice et mettaient son sang sur les linteaux de leur porte. Ainsi, l’ange de la mort passerait au-dessus de leur maison, épargnant la vie de leurs premiers-nés.
C’est un jour de Pâques que Yahshua, l’agneau de Dieu fût crucifié.

3 Shavuot (qui veut dire semaines en hébreu, traduit par Pentecôte en grec), est la fête des Premiers Fruits, qui vient après les 49 jours comptés à partir du premier  Shabbat (Samedi) suivant la Pâques.

Précédent

Fenêtre sur une de nos communautés