Je ne suis plus seule!

Témoignages » Je ne suis plus seule!

Où peut-on verser son cœur ?

Sur quelle épaule s’épancher, confier ses peines et ses chagrins ?

Avec qui partager sa joie ?

Où est ce grand privilège de pouvoir faire confiance totalement, sans aucune retenue ?

Y a-t-il sur cette terre des amis qui aiment en tout temps et qui dans le malheur se montrent des frères ? Oui, ils existent ! Je ne suis plus seule !

J’ai 70 ans et tous les jours je partage ma vie avec eux ! La solitude a battu en retraite... ainsi que les maisons de retraite !

Ils me font connaître et aimer le Créateur de toutes choses, et qui plus est, Celui qu’Il a envoyé sur la Terre pour mettre un chemin dans le désert et des fleuves dans la solitude. Il est venu sauver tous ceux dans le besoin, comme moi !

Je pensais vivre en enfer et que, plus tard, ma foi, je connaîtrai le paradis...

Les mantras que je répétais inlassablement m’aidaient à survivre.

“ Tu es mon Berger ô Seigneur,

Rien ne saurait manquer où Tu me conduits…”

J’adressais au ciel des prières douloureuses selon l’appel pathétique, en hébreu, du Fils de l’Homme qui a donné Sa vie pour nous sur la croix :

“Eli, Eli lama Sabachthani” ce qui veut dire : “Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonnée ?”

Je serrais les arbres de la forêt dans mes bras en leur criant mon désespoir...

Et que dire des journées de congé tristement passées dans les deux pièces de cet HLM d’une grande ville des Vosges ! Je peux facilement m’identifier avec cette femme à la fenêtre de sa maison guettant et espérant, le cœur  en émoi, que quelqu’un de connu lui rende visite...

 

Tant bien que mal j’essayais de m’accommoder de cette solitude non désirée et indésirable pour moi, en apprenant, ô dérision, à aimer vivre seule… “Comment aimer vivre seul ?” est le titre de ce livre que j’avais acheté et en qui je mettais tous mes espoirs. Malgré tous mes efforts, je n’y suis jamais arrivée...

A présent, fini les projets à court, moyen et long termes qui jalonnaient cette vie misérable ! Dieu ne m’a pas créée pour avoir cette vie étriquée... Il m’a créée pour ne pas vivre pour moi-même mais pour le compléter et le servir, Lui, le Roi de tout l’univers ! Je sais maintenant que, lorsqu’on lève les yeux vers Lui, le secours ne tarde pas, il arrive au temps approprié. Il a mis des circonstances spéciales dans ma vie pour me guider vers ses envoyés. Il ne m’avait pas abandonnée car Il n’attend qu’une chose, c’est que le cœur  de tous les hommes se tourne vers Lui ! Il a même pourvu LE chemin.

J’ai trouvé la Vie, la vraie Vie ! Une vie concrète de chaque instant avec mes frères et sœurs. Comment peut-on aimer et servir Dieu qu’on ne voit pas si on n’aime pas et si on ne sert pas ses frères et sœurs que l’on voit ? Cela demande une communauté !

Je n’ai plus besoin de tranquillisants pour trouver la paix du cœur et de l’Esprit. Il m’apporte la guérison de l’âme et du corps car j’ai trouvé aussi le Pardon  sans lequel cette nouvelle vie serait impossible. J’ai enfin trouvé ma grande famille. Ce qu’une personne désire au plus profond de son cœur va lui être donné.

Le sacrifice du Fils de Dieu n’est pas en vain ! Il donne une vraie famille à ceux qui se croient abandonnés.

Les rebelles seuls vont habiter dans des lieux arides (Psaume 68:7).

Je suis tellement reconnaissante de pouvoir serrer mes frères et sœurs dans mes bras et... ne pas les voir comme des arbres !

                                                                        

Chedvah (Jeanne)

Précédent

Suggestion de lecture
  • Pays Cathare

    Le “catharisme”, très médiatisé et souvent récupéré, est aujourd’hui un phénomène historique et religieux mondialement célèbre... mais paradoxalement encore relativement mal connu. Qui, en effet, en arpentant le “sentier cathare” pour visiter les “châteaux cathares” est vraiment conscient du drame humain, religieux, politique et social qui se déroula en plusieurs actes sur ces terres, il y a sept siècles de cela?

    Intéressés par l’histoire du christianisme et inspirés par les exemples de tous ceux qui, au cours des âges, ont sincèrement aspiré à l’idéal évangélique, nous avons forcément été interpellés par la foi fervente et l’authenticité de ces Bons Hommes et Bonnes Femmes. Nous nous sommes penchés sur cette fresque à la fois tragique et touchante.

    Comment résister alors au sentiment de sympathie et d’admiration suscité par leur vécu?

    Et, quand on considère l’histoire des religions, comment ne pas être frappé par le fait que, trop souvent, ceux qui croient avoir “la bonne doctrine persécutent ceux qu’ils jugent avoir la mauvaise?”

    suite

  • Fenêtre sur une de nos communautés